opportunites digitales logo

Le gouvernement indien abandonne une autre loi sur les données après l’exode des VPN

Le gouvernement indien abandonne une autre loi sur les données après l’exode des VPN
le gouvernement indien abandonne une autre loi sur les données après l'exode des vpn

La dernière tentative de New Delhi d’imposer des réglementations au secteur de la technologie a été entachée de nombreux problèmes.

Le gouvernement indien a récemment retiré un projet de loi sur la protection des données très attendu, quelques semaines seulement après avoir reporté d’autres lois liées à la technologie qui ont vu les fournisseurs de VPN quitter le pays en masse.

La loi, qui a été débattue et modifiée de manière significative depuis son introduction dans le système parlementaire indien en 2019, a été présentée comme un moyen de donner aux Indiens plus de contrôle sur leurs données.

Avec les lois anti-VPN largement critiquées et les règles informatiques de 2021 qui ont irrité les entreprises de médias sociaux, ce retrait brosse le tableau d’un gouvernement qui peine à s’affirmer avec assurance sur les questions technologiques.

La loi indienne sur la protection des données qui divise

Le projet de loi sur la protection des données personnelles de 2019 était censé donner aux citoyens indiens – qui constituent le deuxième marché Internet du monde – un plus grand contrôle sur leurs données personnelles.

La loi aurait établi une autorité dite de protection des données et augmenté les obligations de conformité pour les entreprises “Big Tech” telles que Meta, Amazon et d’autres entreprises qui traitent des informations personnelles.

Le projet de loi aurait accordé au gouvernement de Narendra Modi de nouveaux pouvoirs considérables, notamment la possibilité d’exiger des entreprises technologiques qu’elles fournissent des données sur les utilisateurs.

Les agences gouvernementales devaient être exemptées de la loi “dans l’intérêt de la souveraineté” du pays, une stipulation qui a conduit les défenseurs de la vie privée à tirer la sonnette d’alarme dès 2019.

La loi a été révisée en 2021 et rebaptisée “projet de loi sur la protection des données”, car la commission parlementaire souhaitait également qu’elle couvre les données non personnelles, qui ne contiennent pas d’informations pouvant être utilisées pour identifier une personne mais qui sont essentielles pour les entreprises.

Dans une lettre adressée au ministre indien de la technologie, “La coalition asiatique de l”internet” – qui représente Spotify, Meta, Amazon, Google, Twitter et Apple – affirme qu’il existe des “différences fondamentales et conceptuelles” entre ces deux catégories de données et qu’elles ne devraient pas être couvertes par le même cadre réglementaire.

L’organisation a également fait valoir que “l’implication du gouvernement central dans toutes les décisions de transfert transfrontalier de données personnelles sensibles, “éroderait et saperait l’indépendance du régulateur” et augmenterait les coûts des affaires en Inde.

new dehli india

Une loi retirée… pour le moment

Après des mois de délibérations, le projet de loi sur la protection des données a fait l’objet de 81 amendements et de 12 recommandations de la part de la commission parlementaire indienne chargée d’examiner le rapport, ce qui signifie que la seule option était de retourner à la planche pour modifier cette loi.

“Compte tenu du rapport de la JPC [commission parlementaire mixte], un cadre juridique complet est en cours d’élaboration. Par conséquent, dans les circonstances actuelles, il est proposé de retirer le projet de loi sur la protection des données personnelles de 2019, et de présenter un nouveau projet de loi qui s’inscrit dans le cadre juridique complet”, a déclaré le ministre de l’Union pour l’électronique et les technologies de l’information (MeitY), Aishwani Vaishnaw, dans un communiqué cité par le site d’information The Print, basé à New Delhi.

Selon Reuters, le gouvernement prévoit de faire approuver une nouvelle loi révisée d’ici au début de 2023.

Cela signifie que l’Inde ne dispose toujours pas d’une loi sur la confidentialité des données comparable au GDPR en Europe, par exemple, bien qu’elle représente un marché de données plus important. En fonction des pouvoirs que le gouvernement s’octroie avec la loi, cela pourrait signifier que les Indiens ont encore moins le contrôle sur leurs données personnelles.

New Delhi fait un nouveau faux pas technologique

Réglementer le flux d’informations personnelles des Indiens, ainsi que les entreprises technologiques qui les traitent, serait une bonne chose si cela était fait correctement. Cependant, les intentions qui sous-tendent cette loi sont manifestement plus liées au pouvoir qu’à la protection de la vie privée.

Au cours des dernières années, le BJP de Modi a adopté une position de plus en plus autoritaire en matière de liberté de l’internet, notamment en orchestrant des coupures de l’internet lors de manifestations, ainsi qu’une approche optimiste de la réglementation des sites de médias sociaux.

Plus récemment, l’Inde a tenté d’instaurer une directive sur la conservation des données, aujourd’hui reportée, qui aurait obligé les entreprises traitant les données personnelles des Indiens à conserver ces données pendant une durée déterminée.

La loi, qui devait entrer en vigueur fin juin mais a été reportée à septembre, a chassé du pays des sociétés VPN comme NordVPN et Surfshark, qui ne conservent aucun journal de l’activité des utilisateurs et ne peuvent donc pas se conformer à la législation.

Depuis environ un an, l’Inde élabore également un projet de loi sur les règles informatiques qui donnerait théoriquement à des fonctionnaires nommés par le gouvernement le pouvoir d’opposer leur veto aux décisions de modération du contenu prises par les grandes entreprises technologiques comme Meta et Twitter, puis de les annuler. L’Asian Internet Coalition a exhorté le gouvernement à remplacer ce système par un mécanisme de recours autorégulé.

En réalité, les seules véritables victimes dans tout cela sont les citoyens indiens, qui sont plus loin que jamais de voir leur vie privée respectée et leurs données protégées sur Internet.

Actu VPN
opportunites-digitales.com
Logo
Compare items
  • VPN (0)
Compare